Primal (2/2)

Le dimanche à Lisbonne c’est le jour de semi-marathon. J’ai couru sans chaussure, sans chrono, sans cardio, sans gps, sans boisson énergétique, sans viande, sans sucre. J’ai couru sans blessure ni crampe ni courbature ni ampoule ni coupure ni douleur ni souffrance. J’ai couru sans peur, sans doute, sans crainte. J’ai couru, j’ai juste couru, j’ai vraiment couru. J’ai couru avec tous mes professeurs, KB Saxton, S. Jurek, M. Cucuzzella, F. Rohé, M. Sisson, J. Douillard, D. Dubois, et le Yoga.

Il m’aura fallu 30 années pour y arriver, mais pour la première fois de ma vie j’ai le sentiment que j’ai réussi à mettre de côté mon bordel et mon stress, pour enfin accomplir quelque chose proprement, avec calme, technique et précision. Ça me rassure énormément, ça m’aide à être optimiste pour la suite et pourquoi pas me mettre à rêver qu’un jour je serai capable de la même manière, d’entrer dans une roda de capoeira, de surfer une vague ou de jouer d’un instrument pour de vrai.

En m’inscrivant à l’événement, je me suis dit que quitte à courir paléo et manger paléo, je pouvais aussi m’habiller paléo. Ça n’est pas passé inaperçu, et du coup j’ai gagné un petit article sur le site publi-commercial Correr Na Cidade. Suite à quoi, le facebook portugais s’est enflammé (ah facebook !) et j’ai donc été invité à répondre à une interview dont je vous propose ici la traduction :

Les athlètes et les spectateurs du Semi-Marathon de Lisbonne ne sont pas restés indifférents au passage d’un coureur déguisé en Tarzan et sans chaussure. Pourquoi s’être habillé comme ça pour la course ?

C’est la 5ème fois que je participe à cette épreuve, je l’adore. L’esprit est convivial et le parcours si joli. Néanmoins, je vois tellement de gens avec tellement d’équipement et des fois je pense que les athlètes modernes ont perdu confiance dans leur propre corps, et en accordent trop aux produits industriels. Ils veulent acheter la victoire au lieu d’apprendre à courir.

J’ai voulu montrer que la course est une fête, tout simple. J’aime croire que nous courons pour célébrer la vie, le corps et l’esprit. Nous sommes la masse, on ne gagnera jamais la compétition, a-t-on vraiment besoin de tout cet équipement pour faire la fête ?

J’ai couru sans montre ni boisson énergisante. J’ai couru sans investissement, avec un déguisement débile. J’ai couru naturellement, avec un sourire (presque) jusqu’au bout.

tarzan

Comment s’est passée la course ? Le résultat est-il à la hauteur de vos objectifs ?

Ça s’est bien passé, je n’avais pas d’objectif. J’ai fait 1h26 (281 sur 9400 finishers, dans les 3 premiers %) pour la première fois ! L’année dernière avec des VFF je faisais 1h42, je n’aime plus les VFF, c’est une chaussure comme une autre.

Nombreux sont ceux qui ont été surpris de voir que vous ne portiez pas de chaussures. Pourquoi ? Il y a longtemps que vous courez pieds nus ?

Mon parcours est classique chez les nu-pieds : j’ai couru 4 ans avec des douleurs dans les jambes. J’ai lu Born to Run en avril 2013 et décidé d’essayer une transition pour voir si la course pieds nus pouvait m’aider. Et ça m’aide, je n’ai plus de blessures ! Le lendemain du semi-marathon, j’ai couru 15 km avec de très bonnes sensations dans les jambes. La chaussure est une invention intéressante, tout comme le canapé ou la télévision, mais ça n’aide pas à construire le corps de manière saine et complète.

Le peuple portugais libre marchait sans chaussure jusqu’à la dictature. En 1928, il a été interdit de marcher pieds nus dans les rues de Lisbonne et Porto (Coimbra en 1934, Aveiro en 1956). Aujourd’hui il n’y a plus de dictature, mais nous continuons à être les esclaves du business sportif.

Vous êtes un défenseur du barefoot running ? Pourquoi ? Quels sont les vrais avantages de courir pieds nus ?

Lorsque je cours sans chaussure, ma technique se doit d’être parfaite, chaque erreur me fait mal aux pieds. J’ai dû réapprendre à courir. J’ai gagné en précision et en délicatesse. J’ai appris à me détendre. Avec la chaussure, on perd beaucoup d’informations, elle te permet de courir sans précision, mais avec le temps, des blessures apparaissent dans les jambes. Autre problème, un pied dans une chaussure ne développe pas ses muscles ni ses tendons, et la jambe ne fonctionne pas bien.

Ce sont 2 philosophies différentes. Courir en chaussures est une violence faite au corps, dans le but de gagner. Courir pieds nus c’est courir avec le corps, le célébrer. Brutalité ou finesse.

Quels sont les conseils que vous donnez à ceux qui souhaitent courir pieds nus ?

Avant de courir, il faut re-développer le pied avec des promenades. Progressivité est le maître mot. Respecter le corps. Ne pas acheter de chaussures minimalistes mais recommencer de zéro, comme un enfant. Il faut de la patience, c’est le problème pour beaucoup, pour moi aussi.

Ensuite, il faut lire, lire et lire. Passer plus de temps à chercher l’information qu’à faire du shopping à Décathlon. Ça n’est pas uniquement retirer ses chaussures, c’est changer de technique. Il faut comprendre comment ça fonctionne. J’ai énormément appris avec le livre de KB Saxton Barefoot Running Step by Step, mais aussi avec la sympathique communauté de la Barefoot Runners Society, ou la fantastique vidéo de Mark Cucuzzella.

Vous courez également sur les chemins, mais avec une simple paire de sandales. On ne se blesse pas ?

Mon pied n’est pas encore prêt pour tous les chemins, ça prend du temps de reconstruire la machine. La fine sandale me semble une alternative intéressante : même si le pied perd le contact avec le sol, il garde une liberté de mouvement et continue à s’adapter aux pierres et aux racines, sans transpirer ni s’abîmer. J’ai fait les 50K de Barrancos en sandales, c’était bien !

Quels sont vos prochaines épreuves ? Vous préférez la route ou le chemin ? Votre distance favorite ?

Ma tradition est le semi-marathon de Lisbonne, mais le 50K de Barrancos m’a donné envie d’explorer les chemins portugais. Je ne suis pas un homme de compétition, je ne vais pas en faire beaucoup cette année. Je ne suis pas encore prêt pour le marathon, ils disent qu’il faut bien 2 ans pour construire le pied.

Philosophie de vie ?

Ne jamais croire le vendeur, le sponsor, la publicité, mais rechercher les vrais professeurs, la liberté et le bien-être.

762895-1006-0031s km 15

(notez comme le bonhomme à côté de moi est en train de pilonner le sol avec une jambe toute droite et tendue vers l’avant, se repoussant lui-même vers l’arrière, pas étonnant qu’il fasse la gueule. Il a peut-être fait le même chrono que moi, mais il s’est certainement détruit les jambes et le dos pour le restant de ses jours…)

 

About these ads
Cet article a été publié dans Barefoot, capoeira, Marathon, Philosophie, sandales. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

21 commentaires pour Primal (2/2)

  1. remillesime dit :

    Ah Sylvain, c’est magnifique ce que tu fais !
    Félicitation, merci, bravo pour ta démarche…
    La bise !

  2. karuiashi dit :

    Chouette interview, très complète et pertinente :)

    • Merci Karuiashi, tes textes ont été une profonde inspiration pour moi ces derniers mois, vraiment.

      • karuiashi dit :

        J’espère qu’après la profonde inspiration tu as eu une profonde expiration :)

        Un paléo qui ne mange pas de viande, c’est quelqu’un qui a un régime végétarien sans gluten et sans sucre. C’est ton cas, ou je n’ai rien compris ? :)

      • oui en gros c’est un peu ça… c’est le sucre mais les glucides en général qui sont diminués. pour le reste, c’est des idées qui doivent te paraitre évidentes mais qui pour moi sont nouvelles : abandonner les produits transformés ou raffinés, pour des produits locaux, de saison, revenir à de vrais ingrédients de base en fait. paléo et végétarien sont pas vraiment compatibles, mais il y a de quoi s’inspirer dans les deux, je ne suis pas fondamentaliste. l’intérêt du bouquin c’est de comprendre au niveau du corps les répercussions de tes choix alimentaires, et de comprendre l’absurdité de la bouffe moderne, un peu comme la chaussure en fait.
        parce que à Paris je connais aussi des végétariens qui bouffent bien de la merde en fait…

  3. Matoo dit :

    Ah Sylvain, mon héros! Well done Tarzan!!

  4. Adrien dit :

    Salut Sylvain !

    Chapeau pour ce que tu fais, très inspirant :). Une vraie démarche de vie, sincère, réfléchie et tout…
    Je m’abonne à ton blog, et qui sait, je vais ptet basculer dans le monde merveilleux des coureurs de l’âge de pierre ;).

  5. pedro dit :

    Incrível feito, parabéns!

  6. Tang frère dit :

    yes! la célébrité qui vient! c’est bon ça, tu vas pouvoir te payer des nike air et faire s’évanouir les meu… ah non zut, attends je change le programme ;)
    bref, well done buddy!
    moi j’avance pas à pas, pour le moment jdécouvre les bons chemins. A+

  7. Yunjoo dit :

    hahaha you’re great, Sylvain!!! this post made so happy :)

  8. nainbus dit :

    Tu m’as fait rêver là, sans bien savoir si c’est le slip tarzan ou la musculature puissante, c’est encore un peu confus. A moins que ce soit le fait de voir un sportif utiliser son cerveau, c’est épatant et pas tout à fait si courant !

    • héhé merci Nainb’.
      effectivement, je suis de plus en plus convaincu que les chaussures rendent con et que les retirer t’oblige à réfléchir, à donner de l’importance au moindre détail, et au final développer de nouvelles compétences, plus instinctives, paradoxalement.

      bien à toi !

  9. On fait comment pour s »inscrire au fanclub ? t’as bien des shorts tarzan à nous vendre …? Félicitation pour cette belle performance ! J’essaye d’appliquer tes conseils lors de mon footing hebdomadaire : inspirer par le nez, expirer par la bouche, faire des petites foulées, aller plus doucement, faire attention où l’on met les pieds, être conscient de ses mouvements … mais un long chemin reste encore à parcourir, j’ai toujours mal aux genoux, docteur !! a bientôt pour un entrainement cet été, on va certainement venir te voir. Abraço

    • plie tes genoux, plus que tu ne penses nécessaire, pose le pied à plat, voire sur la partie avant, mais surtout pas sur le talon, et surtout, retire tes chaussures :)
      ce sera un honneur de vous recevoir ici, plein de chemins, plein de plages, y’a de quoi s’amuser

  10. brithney spears dit :

    J adore tes bracelets de chevilles !
    Trop sexy

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s