Comment les chaussures ont rendu l’homme inactif

c’est le titre d’un excellent papier pondu par Steven E Robbins sur son site. Selon l’auteur, l’humanité serait devenue fainéante et inactive le jour où elle aurait adopté l’usage généralisé des chaussures.

J’essaye de résumer ici le déroulement de sa pensée :
(et en résumant je simplifie, forcément. Ses allégations sont sourcées et ces sources sont passionnantes.)

- Actuellement, notre société occidentale moderne souffre d’une myriade de troubles de la santé directement dus à un manque d’activité physique. Ces troubles de la santé peuvent affecter gravement notre qualité de vie, voire raccourcir notre espérance de vie.

- Cette paresse, ce manque d’activité physique, dateraient seulement de la Renaissance (entre le XIV et le XVIème siècle selon les pays). Jusqu’alors, l’Homme aurait eu une vie « active », peu souvent assis, mais la plupart du temps debout, et souvent en mouvement. Le mot « sédentaire » est un néologisme qui apparait en Angleterre en 1603 pour désigner « des habitudes qui nécessitent le maintien prolongé de la position assise ». En 1662, le terme a déjà acquis une connotation négative : « personne dépendante de la position assise, qui n’est pas habitué à l’exercice physique ». Ce « sédentarisme » serait donc une habitude nouvelle en Angleterre, puisque un mot est né pour décrire ce comportement.

- La chaise, si elle existe depuis plus 5.000 ans, est plus une marque sociale symbolique choisie par les classes les plus élevées, mais très peu usitée. C’est durant cette Renaissance que la chaise devient omniprésente, au foyer ou sur le lieu de travail, pour toutes les classes sociales. Pour la première fois dans l’histoire de l’humanité, la position assise serait devenue la norme.

Pourquoi un tel changement ? L’auteur propose la chaussure comme réponse à cette question.

- La chaussure a été portée par les élites depuis que l’homme a cessé d’être nomade, il y a de ça environ 10.000 ans. En Angleterre en 1800, on suppose que 80% de la population allait encore pieds nus.

- A la Renaissance, on observe un profond changement des habitudes : la chaussure se généralise. La part de pieds déformés connait une augmentation de 400% en moins de deux siècles. Si cette chaussure n’est pas confortable, pourquoi un peuple tout entier décide-t-il de l’adopter ?

- Pour essayer de faire face à la Peste Noire. Cette maladie a décimé entre 30 et 60% de la population européenne, sans que la médecine n’arrive à offrir de solution préventive. Toutes les idées les plus folles sont adoptées pour essayer de limiter la propagation du fléau, avec un héritage culturel grec laissant croire que les maladies proviennent de la saleté, des ordures.

Mais quel rapport entre la chaussure et le comportement « sédentaire » ? 2 mécanismes sont en jeu.

- les douleurs et déformations du pied provoquées par la chaussure rendent la position debout douloureuse.

- la plante du pied nu envoi de manière continue des signaux qui permettent au corps debout de constamment retrouver l’équilibre. Les chaussures fragilisant le pied et le coupant de toute sensation rendent cette position verticale rapidement épuisante et douloureuse.

- le cercle vicieux est lancé, les civilisations s’orientent vers des modes de vie « sédentaires », assis. Les muscles de la posture verticale ne se développent plus correctement (abdominaux par exemple). Du coup, la posture assise (sur une chaise) devient la norme, la société moderne se construit autour de cette nouvelle conception de la vie, la technologie s’engouffre dans cette faille (voitures, tables, ordinateurs, etc…), et le tour est joué, nous en sommes où nous en sommes.

L’Homme prend du bide, ne marche plus pour aller travailler, et on finit même par voir des fauteuils roulants électriques pour personnes obèses. La chaussure responsable de l’obésité est d’ailleurs traitée dans un autre article du même auteur.

- Sa conclusion rejoint les miennes (et celles de la révolution chinoise) : pour un peuple en meilleure condition physique et un système de santé moins couteux, on pourrait éduquer les gens à aller pieds nus le plus souvent possible (comme les professeurs d’arts martiaux en Indonésie), on pourrait taxer les chaussures comme on taxe l’alcool et apposer sur les cartons de chaussures des étiquettes semblables à celles qu’on voit sur les paquets de tabac : « marcher en chaussure rend con affaiblit l’organisme et provoque des troubles de la santé ».

About these ads
Cet article a été publié dans Barefoot. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

7 commentaires pour Comment les chaussures ont rendu l’homme inactif

  1. Sur les réseaux sociaux cet article est mal compris. Quelques annotations de bas de page :

    Ca n’est pas parce que les sportifs modernes sont en chaussure que la chaussure rend sportif, les choses sont plus complexes. C’est une question d’éducation : on a des pieds faibles à cause de notre société, et ceux qui veulent se mettre à la rando trouvent une solution dans le plastique pour pallier à ce problème, puisqu’ils ont perdu confiance dans leurs pieds.

    Mais la « rando » avant l’invention de la chaussure était l’activité de monsieur tout le monde. L’auteur ne dit pas que mettre des chaussures rend directement inactif, il suggère que la civilisation européenne a pris un tournant culturel après avoir adopté la chaussure. Il suggère que l’idée de la position assise s’est imposée au moment de la chaussure, et qu’à partir de là la société s’est organisée différemment, autour de cette idée de la position assise, avec le canapé, l’ordinateur, la voiture, etc, etc, etc. C’est une subtilité qu’il faut bien saisir dans son discours. Il dit que la position assise n’était pas si évidente que ça avant la Renaissance.

    Je ne dis pas que je suis d’accord avec tout, c’est compliqué et je n’ai pas les références scientifiques nécessaires pour juger du travail de cet auteur. Mais ça n’est parce que 99% des marathoniens courent en chaussure que la chaussure fait le marathonien, bien au contraire, la chaussure permet au peuple qui n’est pas préparé physiquement à aller au bout d’une distance qui normalement lui serait impossible, avec tout ce que ça entraîne comme blessures dans les jambes, trauma psychologique, etc, etc…

    j’espère que je suis plus clair.

  2. karuiashi dit :

    Ce n’est pas parce que les sportifs sont chaussés que la chaussure rend sportif… Sérieux, il y a des gens qui pensent et pire qui disent ce genre de choses ?

    Ahaha !

    Sinon, l’article en lui-même est intéressant bien que la théorie développé par Steven E Robbins reste une théorie même si par bien des côtés elle semble logique et plaisante.

    Je suis pour ma part convaincu que la position demi-assise liée à la chaise affaiblit le corps rendant faible les membres inférieurs et provoquant les douleurs de dos puisque le dos n’est plus auto-soutenu par une musculature devenue faible. En plus, la plupart des chaises ne sont pas ergonomiques, à commencer par celles qu’on nous impose pendant toute notre scolarité. D’un côté on affaiblit la musculature des enfants par une position assise durant de nombreuses heures pendant de nombreuses années et de l’autre on les oblige à porter des sacs très lourds. Le résultat c’est scoliose et compagnie.

    Le corps humain est une « machine » – je n’aime pas employer ce terme parce qu’il n’est pas exacte, le corps humain n’est pas une machine, mais à défaut d’autre chose de plus précis… – qui sert à survivre le plus longtemps possible dans un monde qui tend à nous tuer plus ou moins vite. Son objectif est la gestion de la pénurie. Famine, manque d’eau, nourriture peu variée, climats hostiles, maladies, etc…
    La gestion de la pénurie amène le corps à faire cesser toutes les fonctions qui ne sont pas, peu ou plus utilisées pour économiser l’énergie nécessaire aux organes vitaux. Si on met des chaussures directives pour le pied, les muscles des pieds s’atrophient comme quand on porte un plâtre pendant deux mois.

    Il est donc logique de penser que la généralisation des chaussures a eu pour effet une dégénérescence du corps humain sur plusieurs générations et que les chaussures de sports sont devenues des orthèses voire des prothèses même chez les sportifs de haut niveau.

  3. un sujet que l’auteur n’aborde pas c’est pourquoi avoir adopté la chaise, alors que les civilisations orientales, africaines, ou américaines savent toutes s’asseoir par terre.

    par contre, un début de réponse est donné dans le document de Tim ingold, qui explique que dans la pensée grecque, puis romaine, puis moderne, poser son cul au sol c’est redevenir singe, animal, instinctif, aller contre la raison et l’intelligence de la race humaine.

    • karuiashi dit :

      La chaise existe en Afrique et en Asie depuis longtemps, bien avant que l’Occident fasse irruption chez eux. Ce sont les accessoires des chefs. Leur utilité n’est pas le confort mais une certaine forme de mise en scène, un decorum dont l’objet est d’assoir (héhé) l’autorité de celui qui la détient.

      En Occident c’est pareil, les chefs auto-désignés (prise de pouvoir par la force) pour la plupart et aidés par le clergé du moment pour expliquer pourquoi ils sont légitimes (descendants directement de la divinité, pouvoirs, etc…) ont adopté des objets et des coutumes différentes du commun. Les vêtements, les chaussures, la chaise, le fait d’être porté donc de ne plus poser les pieds au sol, on pourrait aussi parler de l’adoption du lit, des couverts et de bien d’autres choses qui sont devenues communes dans nos maisons mais n’ont aucun intérêt en dehors du contexte que représente la société.

      Les archéologues modernes font un lien entre ces habitudes étranges dont l’objet était de faire des chefs des êtres à part au-dessus du commun et le fait que le commun ait voulu les acquérir par la suite pour ressembler aux chefs.

      Nous pouvons dormir sur une simple natte sans dommage pour le corps au contraire, la literie est à l’origine de bien des douleurs qui nous accompagnent durant toute notre vie. La chaise idem, la chaussure bien sûr, sinon les vêtements du moins certains qui n’ont aucune utilité pratique, mais surtout on pourrait parler des matières dont sont faits ces vêtements, des traitements que subissent ces matières pour être douces, brillantes, etc, qui les transforme en vrai poison pour celui qui les porte.

      Au final ça fait de l’espèce humaine une espèce vraiment très étrange.

      • salut K.

        oui il y a la question du lit également. je pense creuser le sujet quand j’en aurai le temps, plein de choses à dire, comme la chaussure.

        ça fait 6 mois maintenant que je dors sur une couverture, il y a comme pour le pied nu une période transition je pense. S’il m’arrive de dormir comme un bébé, il y a certaines nuits où je trouve encore le sol trop dur à mon gout. ça viendra peut-être avec le temps ?

        concernant la chaise, le yoga est une vraie invitation à revenir au sol. pareil, cela fait seulement 3 ans que je le pratique, en partant de zéro. m’asseoir en tailleur était tout simplement impossible à l’époque, je progresse, mais ne suis pas encore capable de rester infiniment dans la position.

        pour les vêtements, je commence à m’intéresser à la résistance au froid, voilà un jeu qui va être passionnant : douche froide, immobilité dans l’eau froide de la rivière, etc, etc. pareil, je pars de zéro, j’ai toujours été celui qui avait froid à la piscine.

        tout ça est passionnant, vraiment.

  4. lucknow dit :

    Quelle belle article, c’est intéressant non! mais chacun à sa manière de voire et d’analyser les choses alors, mieux vaut choisir le ce qui est confort pour celui que le porte et c’est tout.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s