São Bento – de la confiance en soi

DSCF0123
Samedi était le 21km de São Bento, événement bucolique et festif à caractère non-compétitif. Pas de dossard, pas de médaille, pas de sponsor, pas de chronomètre. La même récompense pour les premiers comme pour les derniers : 2 litres d’huile d’olive (bio) et un grand repas champêtre.

DSCF0136

L’occasion de laisser au placard son cardio, sa montre, ses chaussures, son ego, ses doutes, ses peurs, l’occasion de retrouver les collègues de la Salamandre, de philosopher en bonne compagnie tout le long du chemin, l’occasion de sauter dans les flaques, l’occasion d’arriver au bout sans la moindre douleur.

1505350_639840482725040_2139122277_n
Puis refaire deux heures de course le soir même en solitaire à la faveur d’un coucher de soleil et d’un clair de lune pour réfléchir et s’assurer d’avoir bien pris toute la mesure de ce qui venait de se jouer à São Bento.

Je commence à comprendre qu’il s’agit avant toute chose de confiance en soi. Celle que le système nous a volée, celle que Décathlon a massacrée, celle que Asics et les autres s’acharnent à réduire en miette. Courir en chaussure c’est accepter l’idée que l’on est rien sans Eux, c’est mépriser son corps, c’est éteindre son cerveau, c’est renier ses propres capacités, c’est se dégoûter de soi-même, c’est faire confiance au vendeur, c’est croire aveuglément le système, boire son discours, se plier devant son absurdité.

Je ne veux plus de tout ça. Courir pieds nus à São Bento c’est reprendre confiance en soi, c’est célébrer le corps, l’esprit, la vie, Pachamama, les compagnons de route, les pierres, le sable, les racines. C’est un jeu, une danse, une fête. C’est ma capoeira.

1521449_639840522725036_861100521_n
La chaussure n’est qu’un exemple, celui le plus parlant pour le coureur. Mais ce discours débilitant est partout, à toutes les strates, à tous les instants, à toutes les sauces. A moi d’apprendre à le repérer, déjouer ses pièges et reprendre ce qui de droit m’appartient.

Cet article a été publié dans Barefoot, capoeira, courir pieds nus. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

5 commentaires pour São Bento – de la confiance en soi

  1. Miguel Pisco dit :

    Allo.
    C´est avec plaisire que j´ai lu la descrition de cette trail et particulierement la part de l´equipement🙂 On et d´a ccords mas je reste fidele aux chassures, peut etre um jour…
    Et on te voi voir á la Salamanda une de ces nuites de jeudi??? C´est fantastique et on t´attend!
    A tout a l´heure!
    Miguel Pisco, l´agê😉

  2. hey Miguel ! merci pour ton message, j’espère bien pouvoir rejoindre une nocturne de la Salamandre un de ces 4. abrazo grande !

  3. karuiashi dit :

    C’est ça, c’est exactement ça, la confiance en soi est la clef de voûte de tout🙂

    Chouette cette course avec 2 litres d’huile d’olives bio à la clef.

    Comme dirait un anglophone, it’s not a race, it’s a run. Alors que nous n’avons qu’un mot en Français pour dire course et donc aucun moyen d’exprimer la nuance entre courir pour créer du lien social et courir détruire ce lien via la compétition de tous contre tous.

  4. Serpollier dit :

    Sympa cette course, beau paysage aussi, bonne initiative.

  5. Ping : le conditionnement : décryptage | My Trail to San Francisco

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s